Le danger des chenilles processionnaires

Le danger des chenilles processionnaires

La chenille processionnaire, en plus de dépouiller des plantes entières, peut représenter un plus grand danger pour les humains et les autres animaux.Les poils urticants de l’insecte à l’état larvaire sont toxiques, et dans certains cas, heureusement limités, peuvent provoquer une réaction allergique grave.Voici les principaux effets qui peuvent suivre la rencontre désagréable avec une chenille processionnaire.


poils urticants dangers des chenilles processionnaires

Les informations données ici n’ont qu’un but illustratif : elles ne font en aucun cas office de prescriptions ni de conseils médicaux.


Le danger des chenilles processionnaires sur l’homme

Les poils urticants de la chenille processionnaire se séparent facilement de la larve qui les porte sur son dos, lors d’un contact ou plus simplement sous l’action du vent. Compte tenu de leur structure particulière (ils se terminent par de minuscules crochets), ces poils adhèrent facilement aux tissus (peau et muqueuses), provoquant une réaction de picotement due à la libération d’histamine (substance également libérée lors de réactions allergiques). Toute personne qui a des contacts répétés avec les chenilles processionnaires présente des réactions qui s’aggravent à chaque nouveau contact. Dans les cas graves, un choc anaphylactique peut se produire, avec un danger mortel (urticaire, transpiration, œdème de la bouche et de la gorge, difficultés respiratoires, hypotension et perte de conscience).

Selon la zone du corps touchée, les symptômes sont différents :

En cas de contact avec la peau

Apparition à la suite d’un contact, avec une éruption cutanée douloureuse, accompagnée de fortes démangeaisons. La réaction cutanée se produit non seulement sur les parties découvertes de la peau, mais aussi sur le reste du corps : la sueur et le frottement des vêtements facilitent la dispersion des poils, ce qui provoque souvent une éruption cutanée avec démangeaisons.

irruption cutanée chenille processionnaire

En cas de contact avec les yeux

conjonctivite chenille processionnaire

Développement rapide d’une conjonctivite (avec rougeur et douleur oculaire). Si un poil piquant atteint le tissu oculaire en profondeur, des réactions inflammatoires graves se produisent et, dans de rares cas, évoluent vers la cécité.

En cas d’inhalation

Les poils irritent les voies respiratoires. Cette irritation se manifeste par des éternuements, des maux de gorge, des difficultés à avaler et, éventuellement, des difficultés respiratoires dues à un bronchospasme (rétrécissement des voies respiratoires comme dans l’asthme).

En cas d’ingestion

Inflammation des muqueuses de la bouche et de l’intestin accompagnée de symptômes tels que salivation sur-abondante, vomissements, douleurs abdominales.


Traitement : comment se comporter

Si, en plus des symptômes localisés, vous avez des problèmes généraux, tels que des malaises ou des vomissements, vous devez consulter votre médecin sans délai.

Êtes-vous sûr qu’il s’agit bien d’une chenille processionnaire ? Apprenez à connaitre les chenilles processionnaires

En cas de dermatite

dermatite chenilles processionnaires

Lavez chaque vêtements, en les manipulant avec des gants, et choisissez la température la plus élevée possible pour le lavage. Lavez soigneusement la peau avec de l’eau et du savon. Si nécessaire, des bandes adhésives peuvent être utilisées pour enlever les poils urticants de la peau, comme pour une épilation à la cire. Brossez les cheveux vigoureusement si nécessaire. Consultez un médecin en cas d’éruption cutanée grave.

En cas de conjonctivite

Les yeux doivent être bien rincés pour éliminer tout poil urticant. Faites vérifier par un ophtalmologue qu’il n’y a pas de poils urticants résiduels. Les poils profondément enfoncés dans le tissu oculaire doivent être retirés par voie chirurgicale.

En cas de dyspnée

L’évaluation des symptômes respiratoires doit être faite par un médecin. Cela permet de traiter les symptômes de manière appropriée. Le traitement peut comprendre des antihistaminiques, des corticostéroïdes et des aérosols.


Trouvez plus de conseils de la part du centre antipoisons ici

Le danger des chenilles processionnaires sur les animaux

La chenille processionnaire est très dangereuse en particulier pour les chevaux et les chiens qui, en broutant de l’herbe ou en reniflant le sol, peuvent ingérer par inadvertance les poils urticants qui recouvrent le corps de l’insecte.

Pour approfondir le sujet, nous avons écrit un article plus détaillé sur les effets de la chenille processionnaire sur les chiens.

Les symptômes qu’un chien présente dans ce malheureux événement sont souvent graves.

Le premier symptôme est la salivation soudaine et intense, causée par le processus inflammatoire violent principalement dans la bouche et, sous une forme moins grave, dans l’œsophage et l’estomac.

Dans ces cas, le propriétaire ressent la gravité de ce qui s’est passé, car il voit que le phénomène ne diminue pas du tout, au contraire, au fil des minutes, surtout la langue, suite à l’inflammation aiguë, subit un gonflement pathologique, atteignant parfois des dimensions effrayantes, telles à étouffer l’animal.

Les poils urticants, en contact avec la langue, provoquent une destruction du tissu cellulaire : les dommages peuvent être si graves qu’ils provoquent des processus de nécrose avec la perte conséquente de portions de la langue.

Les autres symptômes pertinents sont : la perte de vivacité du sujet, la fièvre, le rejet de la nourriture, les vomissements et la diarrhée et surtout cette dernière peut également être hémorragique.


Comment soigner un chien ?

Le premier soin à donner à un malheureux chien affecté par une chenille processionnaire est d’éliminer la substance irritante de la cavité buccale : pour cela, il est nécessaire de lui laver soigneusement la bouche avec une solution d’eau et de bicarbonate de soude.

Cette manœuvre n’est pas toujours facile, à la fois parce que le chien souffre et parce qu’il peut être agressif par nature ; il est donc conseillé d’utiliser une seringue sans aiguille pour pulvériser la solution de lavage de manière répétée dans la bouche.

Après cette première intervention, d’autres traitements appropriés doivent être effectués d’urgence, en fonction de la gravité du cas, que seul le vétérinaire peut effectuer.


Afin d’éviter à nouveau ce genre d’ennuis, voici 6 méthodes pour lutter contre la chenille processionnaire