Chenilles processionnaires : 10 questions clés pour votre santé

Chenilles processionnaires : 10 questions clés pour votre santé

Les chenilles processionnaires ont été la vedette de ces dernières semaines en raison de l’augmentation de la température. Savez-vous ce qu’elle est et comment elle peut affecter votre santé ?


Pour plus d’informations n’hésitez pas à consulter notre page sur les dangers des chenilles processionnaires


1. Quels sont les symptômes les plus courants après un contact avec une chenille processionnaire ?

Lorsque les humains et les animaux entrent en contact avec les poils de ces chenilles, ils peuvent subir des réactions allant d’une légère inflammation et irritation à un choc anaphylactique sévère.  Les réactions les plus graves se produisent en cas de contact direct avec la chenille ou si celle-ci avale les poils, soit en marchant dessus, soit en les manipulant d’une manière ou d’une autre.


2. S’agit-il de réactions allergiques graves ?

Non. Cette réaction est en fait dangereuse lorsqu’elle se produit chez les animaux de compagnie ou les enfants et peut même être mortelle chez les animaux. Chaque chenille possède un demi-million de poils urticants qui sont facilement libérés, agissant comme de petites fléchettes empoisonnées, qui ne sont pas seulement affectées par le contact direct mais aussi par l’exposition à l’air.


3. Ces réactions sont-elles immédiates ?

Une fois en contact avec la peau, une éruption cutanée apparaît rapidement et peut provoquer de fortes démangeaisons. L’éruption peut être douloureuse, très démangeante et peut durer jusqu’à trois semaines. La manipulation des chenilles processionnaires, de leurs nids, ou même des branches sur lesquelles elles ont marché, peut libérer les poils dans l’air, ce qui permet de les inhaler ou de les laisser discrètement sur les vêtements.


4. Y a-t-il des personnes pour lesquelles cela peut être particulièrement grave ?

Il est très important d’empêcher les enfants ou les animaux de toucher les chenilles processionnaires et/ou de les manipuler en raison du risque d’urticaire, de lésions oculaires et d’autres blessures plus ou moins graves.

La réaction la plus grave est donnée par une véritable allergie au corps même de la chenille et/ou à ses poils. En cas d’allergie, la réaction est généralement plus rapide et plus étendue, et une évaluation allergologique est recommandée. Mais le fait de ne pas être allergique ne nous empêche pas de souffrir d’une réaction qui se manifeste généralement par des poussées papuleuses, des démangeaisons, parfois une disparition plus ou moins rapide, et d’autres fois d’une durée de 2 à 3 jours, surtout sur les zones non couvertes (bras, jambes, visage).


5. Est-ce que cela ne concerne que les humains ?

Non, en fait ils sont particulièrement dangereux chez les animaux car les chiens s’approchent trop près, intrigués par le cortège et peuvent ramasser les poils avec leurs pattes, celles-ci leur causent des irritations qui finissent par les lécher. Une fois que les poils sont dans la bouche, ils provoquent des démangeaisons, des gonflements et éventuellement des vomissements. Surveillez les symptômes tels que les petites taches blanches dans la bouche et sur la langue et la bave excessive.

L’actualité raconte : Son chien victime des chenilles processionnaires


6. Comment devez-vous réagir si les symptômes apparaissent ? Pouvez-vous par exemple verser de l’eau ou de la crème que vous avez sous la main ?

Si la réaction est localisée, vous pouvez appliquer une crème antihistaminique, mais si les symptômes persistent, rendez-vous à la pharmacie la plus proche ou, si possible, chez le médecin.


7. Que peut recommander le pharmacien ?

L’idéal est d’éviter tout contact avec les chenilles processionnaires en évitant de se promener dans les zones de pins où il y a des chenilles processionnaires, mais si des lésions cutanées apparaissent, la zone doit être lavée avec beaucoup d’eau, de préférence froide, et si possible, appliquer des compresses également froides.

L’application de lotions à base de menthol ou d’aloe vera sur la zone affectée améliore les symptômes et a un effet anti-inflammatoire. Une crème antihistaminique peut également être utilisée pour soulager les démangeaisons. Il est important de ne pas gratter la zone, afin de ne pas augmenter les démangeaisons ou de ne pas provoquer de lésions dues au grattage. Si des symptômes oculaires apparaissent, nous pouvons laver la zone avec une solution saline et appliquer des larmes artificielles.


8. Qu’est-ce que le médecin prescrit habituellement ?

Il est préférable de consulter votre médecin généraliste, qui déterminera le traitement le plus approprié et les tests à effectuer, comme un test permettant d’identifier les réactions allergiques réelles

Pour accélérer la disparition des lésions, qui peut durer plusieurs heures, voire plusieurs jours, il peut recommander d’appliquer une crème stéroïde, ou un antihistaminique oral, sous forme de sirop ou de comprimé, pour soulager les démangeaisons et l’inconfort. Vous pouvez également prescrire des gouttes ophtalmiques anti-inflammatoires.


9. Quand faut-il se rendre aux urgences ?

Dans le cas de réactions dues à un mécanisme irritant, la première chose à faire est de verser de l’eau froide sur la zone affectée, pour enlever les poils restants sur la peau. Même s’il ne s’agit pas d’une réaction allergique, puisque l’histamine a été libérée, le traitement avec un antihistaminique topique soulagera les symptômes.

En cas d’allergie réelle, les réactions sont plus graves et peuvent inclure un gonflement du visage et/ou des yeux, de l’urticaire sur tout le corps, des difficultés respiratoires, et même des réactions anaphylactiques qui nécessitent une assistance immédiate, il faut donc se rendre au service des urgences.


10. Pourquoi ces animaux provoquent-ils une telle réaction ?

La première chose est d’insister sur le fait que toutes les chenilles à poils ne sont pas dangereuses ; il existe des espèces très fréquentes qui sont inoffensives et non toxiques pour la plupart, bien qu’elles soient très semblables en raison de leur corps recouvert de poils ; la chenille processionnaire a une toxine dans ses poils que les autres chenilles n’ont pas, donc si notre peau entre en contact avec elles, elle n’aurait pas à nous donner une réaction, sauf dans des situations de réactions allergiques particulières.

Il est important de garder à l’esprit que la chenille processionnaire n’apparaît qu’aux endroits où il y a des pins et des chênes, car c’est là qu’elle développe son cycle biologique, et surtout, ce qui la rend plus identifiable, c’est qu’elle marche en « procession, c’est-à-dire en formant de longues lignes ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.